Route des trolls, fjord de Geiranger, Bergen

Après Bergen, la pluie étant trop abondante pour toute la semaine, j’ai choisi de laisser tomber les deux randonnées prévues en montagne pour me diriger vers Oslo. Malgré une météo très pluvieuse, comme si toute les précipitations qui manquent au sud de l’Europe s’étaient déversées ici, j’ai bien apprécié ces 6 semaines en Norvège. Quelques accueils chez des habitants sympathiques les soirs de pluie, la beauté et la variété des paysages, la facilité à trouver des spots de bivouac rendent ce pays agréable aux vacanciers.

Point de vue sur les lacets de la route des trolls
Gare de Bergen
Les travaux de restauration de ces maisons en bois sont spectaculaires, de solides étais maintiennent la construction pour changer les pièces de bois au ras du sol
Le navire français Belém était à quai à Bergen pendant ma visite
Station de ski, les maisons passent inaperçues grâce à leur couleur et leurs toits végétalisés
Escalier d’une école, ici on apprend même entre les cours

La célèbre route 17

S’il y a bien une route à ne pas manquer en Norvège,  c’est la route qui va de Bodø à Steinkjer en longeant la côte Atlantique la plupart du temps.

A proximité de Bodø on peut voir un phénomène de tourbillon, qu’on appelle maelstrom
A l’intérieur des terres on roule dans de larges vallées couvertes de pâturages et de forêts de sapins
Trondheim, enfin une belle ville avec un vieux centre à visiter
En continuant toujours vers le sud

Foldereid, vendredi 15 juillet

Après 3 mois et 7500 km, je me trouve aux environs du centre de la Norvège

Jour de repos un peu forcé pour cause de pluie. Depuis le cap nord, j’ai roulé 2 semaines avec Simon, un suisse allemand en voyage pour 3 mois, et maintenant avec Yves, un jurassien qui relie le cap nord à Gibraltar en vélo. On pratique la même façon de voyager, lenteur et beaux endroits de camping, mais hier soir on a opté pour un préau d’école afin de se protéger de la pluie. Ce matin la pluie n’avait pas cessé, on a décidé une pause improvisée, d’autant plus bienvenue que les 3 dames du jardin d’enfants nous ont apporté un café et ouvert la salle des profs pour nous réchauffer et faire sécher les habits. Autre accueil chez l’habitant, je suis allé dormir chez des polonais expatriés en Norvège pour le travail, dont j’avais rencontré un ami en Pologne en passant au mois de mai. Question météo, je n’ai pas eu de chance sur les îles Lofoten, qui paraît-il sont si belles sous le soleil, mais dans les nuages et la brume lord de mon passage.

Ancien village de pêcheurs, reconverti en hébergement pour touristes

De Kirkenes à Tromsö

J’avais envie de voir le cap nord bien sûr, mais aussi de découvrir la région la plus au nord est, toute proche de la frontière russe. Dès l’entrée en Norvège à proximité de Neiden le paysage devient plus montagneux et c’est la rencontre des premiers fjords. Il y a eu ensuite la traversée d’un plateau presque désertique, une journée de vélo entre 2 villages. Et enfin la laborieuse montée au cap nord puisqu’il se trouve sur une île accessible par un tunnel de 7 km à 200 m sous le niveau de la mer. C’est une véritable épreuve, il y a environ 3 km de descente à 9 %, et à nouveau 3 km de montée encore plus raide. Et pour terminer, depuis Honningsvag, un vent violent de côté le jour où je suis passé. Après quelques heures d’attente, le ciel s’est dégagé pour que je puisse admirer le soleil de minuit, sur le site du cap nord.

Le globe du cap Nord, posé sur un rocher à 300 m au dessus de la mer
Le spectacle à minuit er quelques minutes
Cette semaine j’ai passé mon temps à longer des fjords avec chaque fois un paysage différent
Tromsö

Des nouvelles de Laponie Finlandaise

Un peu moins de 3 semaines pour traverser la Finlande, c’est ce que j’avais prévu en consultant la carte l’hiver dernier chez moi. Quelques jours de pluie fine, mais parfois un beau soleil 24/24 h, et la température en chute au-delà du cercle polaire. Un pays agréable pour les cyclistes mais attention aux longues distances sans point de ravitaillement. Et enfin des gens sympas pour offrir un bout de jardin, petit déjeuner ou sauna.

Centre ville Oulu, sur la mer baltique
Cercle polaire à Santa Claus, village du père Noël
Musée de la Laponie, à Rovaniemi
La beauté des lacs
50 km de forêt sur route en gravier. Important d’avoir des réserves d’eau et de nourriture
Un renne bien curieux, ces animaux ne sont ni craintifs ni agressifs
La Finlande est le pays où on peut trouver les plus grands camions d’europe, ils ont droit à 30 m et 100 tonnes de charge totale

Kinnula, Finlande dimanche 5 juin

Après 6 jours en Finlande je m’aperçois que le voyage prend une autre tournure. Les paysages changent et sitôt sorti de la région d’Helsinki, la densité de population chute brutalement, je me retrouve ainsi à rouler des heures sans voir personne. Mais ce qui surprend le plus à mon avis, c’est la luminosité en permanence aux heures où on a l’habitude qu’il fasse nuit. Pour vous donner une idée, à partir du sud de la Finlande, on peut lire un journal ou un livre sans lampe de poche toute la « nuit ». A part ça, les endroits pour camper sont faciles à trouver, chez l’habitant ou dans les parcs publics, et j’ai déjà eu un sauna offert.

Les installations portuaires sont faites pour que chaque pont du ferry ait sa rampe d’accès
Quelques beaux bâtiments du centre de Helsinki
L’environnement dans lequel j’évolue en ce moment
Bois de chauffage en attente de livraison
Arrêt imposé par une forte pluie, ne pas oublier une thermos de thé et des biscuits
Je vois très souvent des coupes rases, pour des rondins qui n’excèdent pas 20 cm de diamètre
Les riverains viennent chercher leur journal dans ces boîtes
Les constructions en bois sont omniprésentes, en campagne 9 maisons sur 10 ainsi que la plupart du mobilier urbain
Les finlandais se baignent toute l’année, ici un lieu aménagé à proximité d’un village ; l’eau était à moins de 10 °C.

Otepää, mercredi 25 mai

Quelques jours en Lettonie, en passant par Jegalda au sud, Jurmala au bord de la mer baltique, Riga la capitale, Česis et la frontière à Valga.

Riga
Les bâtiments du marché, la toiture a été faite avec la charpente des anciens hangars à ballons dirigeables
Le pays est plutôt plat, mais il y a bien une remontée mécanique pour une piste de ski de 200 m.
Cēsis, au bord de la rivière Gauja

Varsovie, lundi 9 mai 2022

Bientôt un mois depuis le départ, me voici dans la capitale Polonaise, dont je n’avais gardé que peu de souvenirs malgré 2 séjours, en 1991 et 2000. Une semaine en Pologne m’a permis de rouler la plupart du temps en campagne et aussi de voir quelques grandes villes, notamment Poznan et Torun. Comme les autres années mon voyage me plaît beaucoup, j’ai pour l’instant une météo favorable, 2 jours de pluie en Allemagne seulement, mais je sais que le plus dur est à venir. Après Varsovie, je vais me diriger vers la Mazurie, la région des lacs au nord, puis ce sera la Lituanie.

Poznan, ville en pleine rénovation

Torun, ville natale de Copernic

Varsovie

Le palais de la culture, entouré maintenant de nombreux gratte-ciel
Le palais de la culture, construit en 1955, réplique de celui de Moscou
La vue depuis le 30 ° étage du vieux palais